Bienvenue sur le site de la
Fédération des Femmes Pour l'Europe

Anticiper la deuxième partie de carrière

A 50 ans, un salarié n’est pas à la fin de son parcours professionnel, des moyens existent et doivent être appliqués pour l’aider à définir le contenu de sa deuxième partie de carrière (motiver les salariés en milieu de carrière, reconnaître la valeur de leur expérience, actualiser et développer leurs compétences, enrichir leurs pratiques professionnelles...). Pour anticiper sa deuxième partie de carrière il est possible de :

  1. Faire le point sur son projet professionnel
  2. Engager une formation
  3. Assurer une transition entre activité professionnelle et retraite

1 - Faire le point sur son projet professionnel

- L’entretien professionnel de deuxième partie de carrière

C’est un droit pour chaque salarié ayant atteint l’âge de 45 ans. Il permet de faire le point sur son parcours professionnel, d’étudier ses possibilités d’évolution de carrière, les perspectives d’emploi dans l’entreprise, les besoins en formation et d’anticiper la deuxième partie de la vie professionnelle.
L’entretien professionnel est également l’occasion de réfléchir sur un éventuel aménagement des conditions d’emploi (aménagement de poste, aménagement d’horaires, tutorat, ou toute autre adaptation prenant en compte l’expérience professionnelle du salarié) et de l’évolution de la rémunération.
Cet entretien a lieu à l’initiative du salarié ou de l’employeur et doit ensuite se renouveler tous les 5 ans.

Plus d’informations : L’entretien de deuxième partie de carrière (Source : Fact-Aract - Franche-Comté)

- Le bilan de compétences

Il permet au salarié d'analyser ses compétences et aptitudes professionnelles et à l’entreprise d’examiner avec lui ses perspectives d’évolution. Le bilan de compétence encourage le salarié à définir un projet professionnel pour sa deuxième partie de carrière et à s’engager si besoin dans une démarche de formation.

A compter de 45 ans ou 20 ans d’activité professionnelle et sous réserve d’une ancienneté minimum d’un an dans l’entreprise vous avez droit, à votre demande, à bénéficier d’un bilan de compétences. Il peut se faire :

  • soit à la demande de votre employeur, avec l’accord du salarié, dans le cadre du plan de formation de l'entreprise,
  • soit à votre initiative dans le cadre du congé bilan de compétences, que vous soyez en CDI ou en CDD. (Fiches techniques Midi-Pyrénées Formations Métiers))

Le bilan de compétences est réalisé par un prestataire spécialisé que vous choisirez sur une liste qui vous sera fournie par Pôle emploi si vous êtes demandeur d'emploi ou par votre OPCA si vous êtes salarié. La prise en charge des dossiers des salariés de plus de 45 ans est considérée comme prioritaire.

^ Haut de page

2 - Engager une formation

L’accès à la formation est l’une des clés de la sécurisation de son parcours professionnel et du maintien dans l’activité.

Le droit individuel à la formation (DIF), la validation des acquis de l’expérience (VAE) et le congé individuel de formation (CIF) sont trois dispositifs accessibles par les salariés pour rester compétent dans son secteur d’activité.

- Acquérir de nouvelles compétences : la période professionnalisation

L’objectif de la période de professionnalisation est de favoriser l’évolution professionnelle et le maintien dans l'emploi de salariés en contrat à durée indéterminée (CDI) ou bénéficiant d'un contrat unique d'insertion (CUI) à durée déterminée ou indéterminée.

C’est un dispositif de formation de longue durée basé sur l'alternance entre formation pratique et théorique.
La période de professionnalisation peut être mise en œuvre à l’initiative du salarié ou à celle de l’employeur. Les actions de formation se déroulent en principe pendant le temps de travail, mais elles peuvent également avoir lieu en dehors du temps de travail, à l’initiative :

  • du salarié dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF)
  • de l’employeur, avec l’accord écrit du salarié, dans le cadre du plan de formation.
Pour en savoir plus : la fiche pratique du Ministère du travail

- Actualiser et valoriser ses compétences : la validation des acquis de l’expérience (VAE)

Les seniors ont un accès prioritaire à la VAE. Elle permet à toute personne de faire reconnaître un parcours professionnel par l’obtention d’un diplôme, un titre ou un certificat professionnel en lien avec les compétences acquises. La seule condition pour pouvoir bénéficier d’une VAE est d’avoir exercé des activités salariées, non salariées, bénévoles ou volontaires pendant au moins 3 ans, en rapport avec une certification inscrite au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles).
La VAE concerne tous les secteurs d'activités, tous les niveaux d'emploi et de qualification, exception faite pour l'exercice de certaines professions réglementées (santé, sécurité...).

Comment engager une VAE ?

  • Vous décidez d’engager une démarche personnelle de VAE : votre entreprise peut la financer dans le cadre du Droit Individuel à la Formation (DIF) ou vous pouvez bénéficier d’un congé VAE financé par l’OPACIF dont relève votre employeur.
  • Votre employeur prend l’initiative et vous propose une VAE : elle s’inscrira alors dans le plan de formation de l’entreprise. (Fiches techniques du Carif-Oref Midi-Pyrénées)

A noter : un salarié en CDD peut bénéficier, sous certaines conditions, d’un congé VAE CDD.

Pour en savoir plus :

  • Le Carif-Oref Midi-Pyrénées vous propose sur son site, un « Parcours VAE » où vous pouvez trouver toute l’information pratique dont vous avez besoin pour engager une démarche de validation des acquis de l'expérience.
  • Le site MPFM (Midi-Pyrénées Formations Métiers)
  • Le portail du gouvernement : www.vae.gouv.fr

^ Haut de page

3 - Assurer une transition entre activité professionnelle et retraite

La retraite progressive

Vous avez atteint l’âge légal de la retraite mais vous n’avez pas le nombre de trimestres suffisants pour bénéficier de votre retraite à taux plein, vous pouvez demander à bénéficier de la retraite progressive : vous travaillez à temps partiel et vous percevez une fraction de votre pension de retraite. Vous continuez à cotiser à l’assurance retraite et améliorez ainsi votre pension.

Pour bénéficier d’une retraite progressive, vous devez :

  • justifier de 150 trimestres validés au titre de l’assurance vieillesse.
  • exercer une activité salariée à temps partiel  inférieure à 80 % de la durée légale ou conventionnelle du travail de votre entreprise.

Lorsque vous arrêtez définitivement votre activité professionnelle, vous demandez le versement de la totalité de votre retraite qui tiendra compte des points obtenus pendant la période de travail à temps partiel.
A noter : la retraite progressive est ouverte aux salariés qui travaillent déjà à temps partiel.

^ Haut de page

Pour en savoir plus :

 

Mise à jour : septembre 2012