Bienvenue sur le site de la
Fédération des Femmes Pour l'Europe

Les aidants

L’aidant familial est la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement, à une personne âgée dépendante ou une personne handicapée de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne (définition extraite du guide de l’aidant familial).

La question des aidants est devenue en France, depuis quelques années et progressivement, un sujet de préoccupation des pouvoirs publics et des opérateurs privés.

Le rapport de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie paru en 2012 fait référence à des études permettant de mieux connaître les aidants familiaux. Il fait le point sur les besoins des 8,3 millions d'aidants, « ces acteurs invisibles » présentant « une grande diversité de situations et de profils… ». Il formule également 21 propositions pour le développement de l’aide aux aidants.

D'autre part, l’enquête Handicap santé aidants (HSA) pilotée par la DRESS (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques du Ministère de la Santé) et réalisée en 2008 auprès de 5 000 aidants non professionnels révèle que :

  • 8,3 millions de personnes aident de façon régulière et à domicile un ou plusieurs de leurs proches pour raison de santé ou d’un handicap
  • 57 % d’entre eux sont des femmes
  • si les membres de la famille sont majoritaires parmi les aidants (conjoint pour 44 %, parents pour 13 %, enfants pour 21 %), les amis, voisins et autres proches représentent 21 % de l’ensemble
  • 47 % des aidants occupent un emploi et 33 % sont retraités.

Les premiers résultats de cette enquête « Aider un proche âgé à domicile : la charge ressentie » ont été publiés en mars 2012 dans le n° 799 d’Etudes et Résultats de la DRESS.

Parmi les besoins fréquemment rencontrés par les aidants, nous pouvons citer :

  • un besoin de comprendre et de pouvoir se repérer face à la maladie et aux aides existantes : accéder à une information facile à trouver et lisible quant aux droits et aux démarches à effectuer
  • un besoin d’accompagnement, notamment de soutien psychologique, par l’échange avec des pairs ou avec un psychologue, un temps de prise de recul sur sa situation, et de rupture de l’isolement social.

La reconnaissance sociale de l’aidant émerge. Elle se traduit aujourd'hui par la création d'un statut et la mise en place d'aides spécifiques.

Pour aller plus loin, consultez nos rubriques : ressources, bonnes pratiques et liens utiles.

 

Mise à jour : juillet 2012