Bienvenue sur le site de la
Fédération des Femmes Pour l'Europe

Se faire soutenir, s'accorder du répit

L’aide au répit pour les  aidants familiaux est une idée qui fait progressivement son chemin en France. Des solutions se développent afin de soulager les aidants, leur permettre de prendre un peu de repos ou de bénéficier de soutien.

Des lieux de soutien

Les groupes de parole

Les groupes de paroles sont des réunions où se retrouvent plusieurs aidants familiaux qui accompagnent des personnes dépendantes. Ce ne sont pas des lieux de répit au sens strict du terme mais des lieux de  partage d’expérience, d’expression de ses difficultés ou de ses souffrances. Ils permettent aux participants de s’entraider mais aussi d’échanger des informations, de trouver des réponses à ses propres difficultés.
Ces groupes sont animés par des personnels qualifiés (psychologues, thérapeutes).

Les cafés des aidants

Accueillis autour d'un café les participants partagent leurs interrogations et réflexions relatives à l'accompagnement d’un proche et s'apportent conseils et soutien mutuels. Les premiers cafés des aidants sont arrivés en France en 2004 après avoir été initiés aux Pays Bas.

S'accorder du répit : confier son proche dépendant

Vous pouvez confier votre proche à un professionnel ou à une structure qui prend momentanément le relais.

L'accueil de jour

Défini par la circulaire de mars 2005, il permet  « d’accueillir des personnes âgées vivant à domicile pour une ou plusieurs journées, voire demi-journées, par semaine. ». Les accueils de jour peuvent être autonomes ou rattachées à une structure telle qu'une maison de retraite ou un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

L’accueil temporaire

L'accueil temporaire offre aux personnes âgées la possibilité d'être hébergées momentanément en maison de retraite (quelques semaines, voire quelques mois (la durée maximale est de six mois) dans une résidence de retraite publique ou privée).

Vous pouvez consulter le portail de l'accueil temporaire et des relais aux aidants proposé par le GRATH (Groupe de Réflexion et réseau pour l'Accueil Temporaire des personnes en situation de Handicap)

Les accueils familiaux

Une personne dépendante peut être accueillie et bénéficier d’un accompagnement quotidien au domicile d’un accueillant familial agréé salarié. Une participation financière pour le loyer et le remboursement des frais seront demandés. Les accueillants familiaux sont agréés et contrôlés par leur Conseil Départemental. Les personnes peuvent être accueillies de manière permanente, temporaire ou séquentielle.

Plus d’informations sur le site de l’association des accueillants familiaux : Famidac

Des aides au financement d'un accueil temporaire ou d'un accueil de jour pour les personnes âgées de plus de 60 ans en perte d'autonomie sont possibles dans le cadre de l'APA. D'autres aides financières peuvent aussi être proposées, renseignez-vous auprès de :

  • La Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse (CNAV)
  • Les caisses de retraite complémentaire,
  • La MSA dans le cadre de son action sociale.

Une expérience : le baluchon Alzheimer

Originaire du Canada puis développé en Belgique, le principe de Baluchon Alzheimer consiste à proposer une prise en charge complète du malade à son domicile, pour permettre à l'aidant de prendre du repos en toute tranquillité, durant une ou deux semaines. Une personne expérimentée, appelée « Baluchonneuse » vient habiter au domicile de la personne dépendante et prend le relais de l’aidant familial, 24h sur 24.Ce dispositif fait partie des nouveaux services à domicile qui peuvent être proposés aux familles mais ils sont encore rares en France. Pour en bénéficier, il faut faire appel à un service à domicile qui les propose.

Pour en savoir plus : www.baluchon-alzheimer.be (pour la Belgique) et www.baluchonalzheimer.com (pour le Québec)

Des structures pour vous informer

  • La CARSAT (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail)
  • La MSA (Mutualité Sociale Agricole)
  • Le CCAS de votre commune (Centre Communal d'Action Sociale)
  • Le Conseil Départemental (Maisons des Solidarités du Conseil Départemental 31)
  • Le CLIC (Centre Local d'Information et de Coordination gérontologique)
  • La MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées)
  • Les caisses de retraite
  • Les associations (de patients, d'aide à domicile, etc.)

 

Mise à jour : Novembre 2015